Le RST ARCHES en résumé ...


En se situant aux croisements entre architecture, technologie, culture et environnement, le réseau scientifique thématique « ARCHES » a pour objet de générer à terme des connaissances et des innovations de rupture en se confrontant aux conditions limites générées par des milieux extrêmes comme l’espace et les planètes du système solaire, les océans et les univers sous-marins, la haute montagne, les déserts ou les calottes glaciaires de notre planète, …
 
De nombreux projets utopistes ou en cours de développement (SeaOrbiter de Jacques Rougerie, VegetalCity de Luc Schuiten, Orchidées en Bois de Vincent Callebaut, Abris furtifs de Stéphane Malka, Base lunaire de Foster + Partners, …), … ainsi que des opérations exemplaires existantes (Refuges du Goûter ou du Mont Rose, Station spatiale internationale, Base polaire Princesse Elisabeth, Station de recherche Halley VI, Observatoire Paranal, …) peuvent nous servir de sources d’inspiration. Le premier objectif du réseau « ARCHES » consiste à revisiter et capitaliser ces projets ou réalisations par un état de l’art le plus exhaustif possible. Depuis « Utopia » de Thomas More en 1516 en passant par le Phalanstère de Charles Fourier en 1834, nous essayerons de démontrer au travers de ces expériences l’intérêt d’une démarche utopiste comme outil d’aide à la conception et de prospective pour imaginer l’avenir et le futur des bâtiments ou des villes. 
 
Ce réseau scientifique thématique « ARCHES » se veut exploratoire et pluridisciplinaire permettant de mettre en synergie des compétences complémentaires en faveur des questions d’innovation architecturale. Le deuxième objectif du réseau vise la création d’un cadre d’excellence pour accélérer l'innovation ouverte et le transfert de technologies ou de connaissances entre des milieux scientifiques qui n’étaient pas forcément voués à se rencontrer. Une plateforme d’innovation ouverte et d’échanges des savoirs ou des pratiques sera développée sur la thématique des architectures en milieux extrêmes. En désilotant les champs de compétences, en fédérant les acteurs existants et en consolidant les partenariats ou les actions conduites à l’heure actuelle de manière isolée ou partielle, la plateforme d’échanges scientifiques que constitue ce réseau scientifique thématique devrait permettre de développer des solutions techniques ou constructives, des méthodologies ou des outils permettant de concevoir des architectures pouvant s’adapter à des contraintes extrêmes.
 
Le troisième objectif du réseau consiste à rendre plus visible les projets pédagogiques ou de recherches qui sont déjà conduits au sein des établissements partenaires et permettent d’explorer différents milieux extrêmes. Ces différents projets peuvent être considérés comme des bancs d’essais valorisant la recherche par la conception ou en vue de la réalisation de prototypes dans des conditions extrêmes.
 
En s’efforçant de répondre aux défis actuels et futurs des bâtiments ou des villes, le réseau « ARCHES » souhaite rassembler à l’échelle nationale des compétences uniques en France et devenir à terme en Europe un des lieux de ressourcement scientifique et d’excellence sur les architectures des milieux extrêmes.